Retour à l’accueil

PASSERELLES – ZAC COUBERTIN

Depuis la mise en place de son schéma de développement urbain en 2010, la ville de Calais a initié une politique de développe­ment urbain durable par le biais d’opéra­tions telles que la création d’éco-quartiers. Placé entre les quartiers du Fort Nieulay, Saint Pierre et Calais Nord, en limite du grand paysage, le projet de la ZAC Cou­bertin fait partie de ces projets audacieux, au cœur des ambitions de remaillage de la ville.

Situé à la transition entre les paysages de faubourgs et les extensions urbaines ré­centes, ce nouveau quartier est idéalement placé pour créer un nouveau lien urbain entre les quartiers Calaisiens adjacents. La nature, présente par les boisements et les canaux, offre de multiples possibilités d’aménagements de ce territoire avec des enjeux environnementaux à développer.

Uniquement accessible par l’avenue Pierre de Coubertin, la ZAC du même nom est aujourd’hui enclavée entre deux canaux, le réseau de voies ferrées et les avenues struc­turantes Verdun et Coubertin. La créa­tion de passerelles piétonnes et cyclables, reliant le quartier de Fort Nieulay aux quartiers St Pierre et Nord Calais est alors indispensable au développement du nou­veau quartier. Cette urbanisation de cou­ture conditionne l’arrivée des équipements et des logements de la ZAC.

L’implantation des deux passerelles, dans le prolongement du cheminement piéton séparant le Centre de Loisirs Coluche, au Sud, d’une zone plus résidentielle, au Nord, permet d’irriguer la parcelle en son coeur. Ces franchissements sont aussi l’occasion de connecter à l’Ouest le nouvel espace avec le quartier du Fort Nieulay, via un mail débouchant sur le Collège Vau­ban, mais aussi de relier le chemin des éco­liers, sentier paysager desservant le lycée Professionnel P. de Coubertin au Nord, et la Scène Artistique Nationale Le Channel et le lycée S. Berthelot au Sud.

Aux débouchés vers le quartier Coubertin, les deux passerelles s’ouvrent sur un che­minement piéton élargi, renforçant l’usage des modes doux, et décalant la circulation motorisée et les places de stationnement vers le réseau viaire.